Accueil Cyber Sécurité Dissidence sur les lois britanniques sur la sécurité Internet

Dissidence sur les lois britanniques sur la sécurité Internet

10
0

 

Le site projet de loi britannique sur la en ligne comprendra une législation permettant d’imposer aux entreprises de médias sociaux des amendes pouvant aller jusqu’à 10 % de leurs revenus mondiaux si elles ne mettent pas en place des mesures pour assurer la sécurité des enfants sur leurs plateformes. Mais maintenant, le Premier ministre, Rishi Sunak, est confronté à un conflit majeur concernant les plans du gouvernement.

Environ 40 députés du parti conservateur au pouvoir soutiennent un plan qui prévoit que les patrons des médias sociaux risquent la prison s’ils ne parviennent pas à protéger les enfants des contenus préjudiciables en ligne. Leur amendement au projet de loi sur la sécurité en ligne doit être voté prochainement et le projet de loi sur la sécurité en ligne pourrait contribuer à une véritable révolte des Tories car les députés poussent à emprisonner les patrons de médias qui ne respectent pas la loi.

Reste à voir si le premier ministre fera marche arrière et offrira des concessions pour éviter la défaite à la Chambre des communes. Dans l’état actuel du projet de loi, Ofcom, l’organisme de réglementation des télécommunications, aurait le pouvoir d’imposer des amendes importantes s’il s’avère que les plateformes de médias sociaux ne respectent pas la nouvelle loi, qui est conçue pour protéger les personnes les plus vulnérables des contenus en ligne préjudiciables.

Lire aussi :  British Royal Mail - 'Cyber Incident'.

Le projet de loi prévoit de prendre des “mesures proportionnées” pour empêcher les enfants de voir des contenus préjudiciables, notamment par le biais de mesures telles que la vérification de l’âge, le retrait du contenu et le contrôle parental.

À l’origine, le projet de loi sur la sécurité en ligne prévoyait l’emprisonnement des propriétaires de médias sociaux jugés en infraction avec la loi. Sous trois Premiers Ministres différents, cependant, le projet de loi s’est transformé de façon spectaculaire alors que le Royaume-Uni est aux prises avec les réglementations sur le contenu des médias sociaux. L’idée a d’abord été suggérée sous Boris Johnson, mais elle a finalement été rejetée en faveur d’amendes plus élevées pour les entreprises.

Selon les propositions des rebelles conservateurs, les cadres supérieurs des entreprises technologiques pourraient risquer jusqu’à deux ans de prison s’ils enfreignent les nouvelles obligations visant à assurer la sécurité des enfants en ligne. La disposition ne s’appliquerait pas aux moteurs de recherche.

Actuellement, le projet de loi ne rendrait les dirigeants pénalement responsables que s’ils ne donnent pas d’informations à l’organisme de réglementation des médias Ofcom, qui devrait obtenir des pouvoirs étendus pour contrôler Internet dans le cadre de la nouvelle loi. Rendre les managers responsables d’un manquement à des obligations de sécurité plus larges dans le projet de loi a été rejeté après une discussion avant l’introduction du projet de loi, qui a conclu que cela pourrait rendre le secteur technologique britannique moins attractif.

Lire aussi :  Combler le fossé de la détection et de la réponse

Le parti travailliste de l’opposition a confirmé qu’il soutiendrait la politique, et le 10 Downing Street a déclaré qu’il “examinera attentivement” l’amendement proposé.

Les entreprises qui manquent à leurs obligations légales, y compris la protection des enfants, pourraient se voir infliger une amende allant jusqu’à 10 % de leur chiffre d’affaires mondial. Cependant, les partisans de l’amendement, y compris les organisations caritatives de protection de l’enfance, affirment que seule la responsabilité personnelle des chefs d’entreprise garantira l’efficacité des dispositions relatives à la sécurité des enfants.

Les rebelles conservateurs pointent du doigt les industries de la construction et des services financiers, qui ont des responsabilités personnelles similaires pour les chefs d’entreprise.

BBC : DigitFYI : Telegraph : Guardian : Neowin :

Tu pourrais aussi lire :

Prévenir l’exploitation d’images numériques d’enfants:


Cyber Security Intelligence : Capturé Organisé & Accessible


” British – ‘Cyber Incident’ (en anglais)
2023 – Cybermenaces pour l’infrastructure américaine “
Article précédentL’application de l’intelligence artificielle dans la cybersécurité
Article suivantLes conseils du FBI sur les ransomwares